"Sanctuarisation de l'école"?

Publié le par Mme STAUNER

Après l'agression hier d'un élève d'un lycée de Vitry-sur-Seine (Vale de Marne), Monsieur Luc CHATEL, ministre de l'Education nationale, a évoqué la nécessaire "sanctuarisation" de l'école. Protéger les écoliers, collégiens et lycéens contre des agressions venues de l'extérieur peut toutefois paraître un voeu pieux lorsqu'on voit la configuration des établissements, notamment des plus récents. Les bâtiments sont souvent isolés au milieu d'une immense parcelle, des annexes occupent les espaces libres,  les accès sont multiples et la surveillance s'avère difficile, d'autant plus difficile que les caméras de surveillance ne peuvent remplacer avec autant d'efficacité les surveillants. Et il n'est pas question de mettre en place des murs, des clôtures électrifiées ou des miradors... qui rappelleraient de bien mauvais souvenirs! Les fameux "bahuts" IIIe République étaient peut-être plus facile à surveiller derrière leur aspect de caserne...

La vision des difficultés que rencontre l'école aujourd'hui est différente selon qu'on soit élève, parent d'élève, enseignant... ou Ministre. Et les remèdes à y apporter ne sont pas forcément entre nos mains. Pourtant, il est toujours possible de faire évoluer les choses.

Quelles difficultés rencontrez-vous à l'école? Problème de violence? d'organisation? de dialogue? autre? Avez-vous déjà été confronté à des agressions extérieures? Quelles solutions aimeriez vous apporter? Comment voyez vous l'école de demain? l'école idéale?

Merci de bien vouloir laisser votre avis sous la forme d'un commentaire.

Publié dans Culture prof

Commenter cet article

Fardoise 03/02/2010 15:46


Je n'ai pas vraiment répondu. Je travaillais dans l'intendance et j'avoue être partie des établissements pour l'université car je ne m'y sentais plus en sécurité. Le dernier établissement où j'ai
été en poste a été transformé en blockhaus, au moins devant car on ne pouvait sortir ou entrer de tous les côtés. L'agressivité était autant à l'intérieur qu'à l'extérieur. La première des causes,
dans l'établissement même était la totale démission des personnels de direction face aux agressions et autres dérives, en interne. Après, c'est je crois à la communauté scolaire de prendre
conscience de ses devoirs.


Mme STAUNER 25/02/2010 20:37


Il faudrait un grand livre blanc des problèmes qu'on rencontre à tous les niveaux pour faire (peut-être?) avancer les choses. Cordialement.


Fardoise 03/02/2010 15:39


Pour avoir travaillé dans des établissements scolaires ouverts aux quatre vents, je comprends ce que vous voulez dire. Les ministres n'ont jamais fréquenté ce type d'établissement sans doute.