L’EPIDEMIE DE 1719 (Toury-Lurcy)

Publié le par Mme STAUNER

Toury-Lurcy, canton de Dornes, Nièvre

 

« L’année 1719, une des plus sèches qu’on eut vuë il y avoit longtems, a été fort stérile en foin, froment, en avoine, en orge et en toute sorte de légumes en ce païs cy ; depuis l’annonciation B.V.M [25 mars] il ne tomba d’eau ou très peu jusques à la Toussaint à l’exception du 24e de juillet qu’il en tomba considérablement et encore plus de grêle, qui fit grand ravage dans les vignes. Les chaleurs furent excessives et causèrent beaucoup de maladies parmi le peuple et la plus commune était le flux de sang qui fit mourir beaucoup de personnes, et on entendoit plus dire autre chose qu’un tel se meurt, un tel est bien malade, cet autre vient de mourir, et l’alarme était partout.

 

« Le vin se vendit 28 livres le tonneau [de 228 litres environ], sur la fin, il se vendit jusqu’à 36 livres. Le blé [ici, le seigle] valoit au commencement 9S. le boisseau [12,68 litres] et le froment 15 s. ; sur le milieu de l’année le segle se vendit 15 s. et le froment 20 s. ; enfin sur la fin le segle 20 à 18 s. et le froment 25 s. ; le foin se vendit communément 5 livres le quintal et sous le faix de paille ».

 

Note du curé de Toury-sur-Abron, commune de Toury-Lurcy, publ. Par A.Desforges, Mém. Soc. Acad. Nivernais, 1906-1907, t.1, pp.176-177,
cité par Marcel LACHIVER,
Les années de misère, la famine au temps du Grand Roi,

Paris, Fayard, 1991, p. 526-527.

Publié dans 4e

Commenter cet article