LE JARDIN MEDIEVAL

Publié le par Mme STAUNER

Jardin de l’âme, potager, verger ou jardin utilitaire où sont cultivées les plantes curatives, tinctoriales ou nourricières, jardin d’agrément destiné au bien-être et au plaisir des sens, tous renferment un trésor à sauvegarder : la paix spirituelle, la science de l’herboriste et de l’apothicaire, le savoir du jardinier et du cuisinier, l’émotion esthétique du poète ou la joie des amants.

La présence d’une clôture constitue une nette séparation avec le monde extérieur : le Paradis est souvent représenté sous l’aspect d’un jardin clos d’un rempart afin de protéger l’Arbre de Vie. Les potagers sont également entourés par des murs coupe-vent afin de protéger les plantes précieuses : épices, plantes pour la teinture des textiles, plantes médicinales. Des palissades en bois, des plessis (clôtures en osier tressé autour de piquets) servent également de clôture.

Des berceaux forment des tunnels de verdure pour s’abriter du soleil, des banquettes d’herbe permettent de s’asseoir, des plates-bandes sont nécessaires pour cultiver des plantes variées en petite quantité. Les allées du jardin sont sablées ou pavées. Les arbres sont taillés en estrade ou en plateau et des roues en bois servent de support à des plantes grimpantes. La fontaine est un élément incontournable du jardin car il n’y a pas de vie sans eau. Elle renforce le caractère protecteur du jardin.

Dans les jardins des cinq sens, chaque parterre de plantes représente un sens : le toucher, la vue, le goût et l’odorat. L’ouïe est représentée par le bruit de l’eau de la fontaine centrale.

Publié dans 5e

Commenter cet article